941 Actualités   374 Anecdotes
13 JAN
2013

Pyrénées-Atlantiques: Des éleveurs promeuvent le vautour en agent de nettoyage

40x40_small_beige_smile
4
Cracoucass

Les éleveurs d' Aste-Béon (Pyrénées-Atlantiques), dans le sud-ouest de la France, en avaient assez d'attendre que l'équarrisseur vienne les débarrasser de leurs brebis mortes. Ils viennent de s'adjoindre un nouvel auxiliaire de nettoyage, diligent, efficace, mobile, pas cher: le vautour.


Ils n'ont pas eu à chercher loin: Aste-Béon se trouve dans le périmètre de la réserve naturelle nationale de la vallée d'Ossau, dans les Pyrénées, sanctuaire de la plus grande colonie française de vautours fauves. Et il est passé le temps où, dans les années 60-70, le vautour était persécuté comme un oiseau de malheur, le menaçant d'extinction.


600 couples de vautours dans les Pyrénées


Il y avait en effet en 2007 dans les seules Pyrénées françaises près de 600 couples de ce remarquable planeur de plus de deux mètres d'envergure, à la tête couverte de duvet blanc, à la collerette blanchâtre, au plumage fauve qui lui vaut son nom. C'est donc naturellement que les quatorze éleveurs du groupement pastoral d'Aste-Béon ont pensé au volatile nécrophage, qui se nourrit presque exclusivement de cadavres, pour se faciliter la tâche. Avec la commune, l'Etat et le parc national des Pyrénées, ils viennent d'installer une «placette d'équarrissage», un enclos où déposer leurs bêtes mortes. Un grillage de deux mètres de haut soutenu par des pieux empêchera d'autres opportunistes que le vautour de venir se servir. En l'absence d'un tel emplacement, les éleveurs sont tenus par la réglementation de faire enlever leur bétail mort. Cela «peut prendre plusieurs jours s'ils (les équarrisseurs) ne sont pas dans la vallée», dit Patrick Pujalet, président du groupement pastoral. La première usine d'équarrissage est à Agen, à presque trois cents kilomètres et trois heures de route.


15 minutes de dégustation pour les vautours


La nouvelle placette, elle, est à un quart d'heure. Et les vautours ne sont pas très loin. «Juste au-dessus», dit le maire Augustin Médevielle, en parlant des falaises et éboulis calcaires qui surplombent la vallée et où nichent les vautours. Sans placette, «on fait 250 kilomètres avec un camion pour venir chercher la brebis morte, on va la faire cramer avec du pétrole alors qu'aujourd'hui, on est aux économies d'énergie, et cette même brebis, donnée aux vautours, en un quart d'heure il ne reste plus rien, et gratuitement», dit le maire. Le vautour fauve accomplira le gros de la tâche; les deux autres nécrophages volants présents, le vautour percnoptère et le gypaète barbu, beaucoup plus rares, pourront achever le travail. Le vautour a la particularité de constituer un «cul-de-sac épidémiologique», disent les spécialistes. L'extrême acidité de son estomac tue les éléments pathogènes qu'un dépôt sauvage de carcasse répandrait dans la nature.


Pas de mauvaises habitudes


Il ne s'agit surtout pas de nourrir les vautours, insistent tous les partenaires. Ils sont certes protégés, mais ils n'ont plus besoin de ces charniers qu'on mettait autrefois en place pour augmenter leur population. Aucune carcasse ne sera déposée dans la placette en mai pour ne pas donner de mauvaises habitudes aux petits dans leur période de nourrissage. Il s'agit plutôt de restaurer un lien naturel entre deux utilisateurs de la montagne depuis des temps immémoriaux: le berger et le vautour, explique en substance le sous-préfet Jean-Michel Delvert. Dans un massif pyrénéen où les éleveurs ont du mal à cohabiter avec l'ours, la coexistence n'a pas toujours été facile avec le vautour.

Le président du groupement pastoral d'Aste-Béon se rappelle que, quand les charniers à ciel ouvert ont été fermés à cause de la maladie de la vache folle du côté espagnol de la frontière, des vautours ont pu venir s'en prendre de ce côté-ci à des bêtes affaiblies. Il est favorable à cette relation entre le berger et le vautour, pour autant que les effectifs du vautour n'augmentent pas. La placette d'Aste-Béon sera expérimentale pendant un an. Mais on est là, dit Philippe Serre, de la Ligue pour la protection des oiseaux, devant «un exemple flagrant du bénéfice induit de la présence du vautour» et c'est «gagnant-gagnant pour l'éleveur».


Un activité dont le cracoucass des Schtroumpfs rêverait !

Dame nature

Journaliste spécialisée dans les nouvelles écologiques pour 1jour1sourire.fr

Cette actualité vous a fait sourire ? 40x40_small_beige_smile
Actualité suivante :
Actualité précédente :
EN SAVOIR PLUS
Equipe
Pagination_right Lepanda - Webmaster
Pagination_right Vacuite - Redacteur en chef
Pagination_right Zeb - Journaliste
Pagination_right Dame Nature - Journaliste
Pagination_right Compassion - Journaliste
+ d'infos
Pagination_right Blog 1Jour 1sourire
Pagination_right Qu'est-ce qu'1jour1sourire.fr ?
Pagination_right Contact
Footer_smiley
3887
Sourires
Footer_membres
344
Membres
Le site
Pagination_right 941 Actualités
Pagination_right 374 Anecdotes
Pagination_right 344 Membres
Rss Rss Rss
Twitter Facebook
Footer_publications
1315 Articles
Footer_commentaires
1548 Commentaires